Résilience organisationnelle : après le choc, la conscience et l’action

Pour éviter un effondrement massif par épuisement psychique et physique, il est essentiel d’apporter de nouvelles réponses plus adaptatives et plus réflexives pour repenser la manière d’être, de travailler, d’agir et de décider avec de nouvelles contraintes. L’imbrication des crises nécessite la mise en place de nombreux ajustements, sans renier les acquis et les bonnes pratiques antérieures.